Le Périgord, un Patrimoine Riche ...  
 
Riche d'une occupation humaine vieille de 450 000 ans, le Périgord est un territoire historique exceptionnel. Les abris et grottes de la vallée de Vézère offrent au public le témoignage unique de la vie de nos ancêtres. Le territoire reste aujourd'hui encore marqué par des vestiges des cités gallo-romaines, les édifices religieux (Art Roman) ou ses forteresses médiévales.

La découverte de grottes et abris préhistoriques amène l'histoire du Périgord bien au-delà de toutes dates mais l'on peut aussi dire que l'histoire du Périgord débute pendant la période romaine, quand les habitants de la Dordogne se nommaient "Pétrocores". Les premières traces de la naissance de notre territoire périgourdin remontent à son rattachement à la province romaine d'Aquitaine.
C'est au Xème siècle que le Périgord fut partagé en baronnies : Beynac, Biron, Bourdeilles, et Mareuil. Au XIIème siècle, Le Périgord devient un comté et l'on construisit les abbayes de Boschaud, Cadouin, Chancelade et Sarlat. A la suite de la Révolution Française, la Constituante donne naissance à la Dordogne, et définit ses communes et cantons.
Malgré l'exode rural de la fin du XIXème siècle, l'agriculture reste une activité importante, complémentée au XXème siècle par l'essor du tourisme.


Sarlat-la-Canéda, une ville d'Art et d'Histoire ...  
                
Sarlat-la-Canéda a su garder et préserver les empreintes de son histoire.
Sarlat-la-Canéda est une cité médiévale qui s'est développée autour d'une grande abbaye bénédictine d'origine carolingienne. Seigneurie monastique, elle atteignit son apogée au XIIIe siècle.
     
Son origine se perd dans les légendes. Elle existe au IXe siècle, faisant partie des six grandes abbayes du Périgord (Paunat, Belvès, Saint Front de Périgueux, Brantôme, Terrasson). L'abbaye carolingienne de Sarlat est la seule à avoir été épargnée par les Vikings, située à l'écart de la Dordogne et de ses affluents. Elle a su demeurer indépendante et se plaça en 1153 sous la protection directe du Saint-Siège à Rome. Elle fut reconstruite à l'époque romane entre 1125 et 1160. En 1318, elle fut le siège du nouvel évêché créé par le Pape Jean XXII. L'église abbatiale devint la cathédrale du diocèse de Sarlat. Les évêques, remplaçant les abbés, commencèrent sa transformation architecturale qui fut achevée seulement à la fin du XVIIe siècle.

A partir du XIVe siècle, évêques et consuls se partagèrent le pouvoir jusqu'à la Révolution. Devenue cité épiscopale, Sarlat joua un rôle prééminent lors de la guerre de Cent Ans. Réserve d'hommes d'armes, de munitions et de vivres, la ville fortifiée fut également défendue par les châteaux situés aux alentours et put porter secours à d'autres villes assiégées par les Anglais : Belvès, Domme, Montignac. Elle devint cependant anglaise à la suite du Traité de Brétigny en 1360. Elle se rallia au roi de France 10 ans plus tard lorsque le connétable du Guesclin repoussa les Anglais. La ville, tout en jouant le même rôle que précédemment, dut se rendre deux fois et souffrir des exactions du capitaine de Vivans et du vicomte de Turenne.

La Fronde mit fin à cette période favorable en 1652. Sarlat fut de nouveau occupée par les troupes de Condé. Elle s'en délivra dans le sang. La qualité architecturale de ses monuments et de ses immeubles atteste de son dynamisme et de sa capacité à se maintenir dans les grands courants économiques. La disparition du diocèse (rattaché à celui de Périgueux) à la Révolution lui retira sa prééminence. Devenue sous-préfecture, elle s'endormit, pendant près de 150 ans, pour se revivifier seulement depuis 40 ans.

Il est permis de penser que de nombreuses villes françaises ont possédé d'aussi curieuses et pittoresques ruelles, d'aussi beaux monuments, mais le modernisme a détruit progressivement ces trésors du passé, Sarlat a été miraculeusement sauvée grâce à la loi promulguée le 4 août 1962 dite Loi Malraux. Cette loi sur la restauration des secteurs sauvegardés fut appliquée pour la première fois à Sarlat. Le centre de la petite cité médiévale avec ses 65 monuments et immeubles protégés servit d'opération pilote pour la mise au point des financements et des critères de restauration.

« Ici, c'est le Paradis des Français » (Henry Miller).
En 1965, les deux communes de La Canéda et de Sarlat fusionnent sous le nom de Sarlat-la-Canéda.


Des activités, très "Nature" ...

Correspondant à peu près à l'ancien Périgord, le département de la Dordogne est une région  "intermédiaire": elle est située, du nord au sud, entre la fin du Massif Central et les premières plaines du Bassin Aquitain et, d'est en ouest, entre les Causses de Corrèze et du Lot et les champagnes charentaises.
Baignade, escalade, randonnée ou équitation... Une région unique pour tous les amoureux de la nature et les amateurs de séjours sportifs.
     
C'est un immense département (922 000 ha, le 3ème de France). C'est un pays où trône une forêt intimement mêlée aux parcelles cultivées. Les collines et les pentes couvertes de bois et de landes tranchant avec les vallons et les vallées avec leurs damiers de prés et de champs.

Une large gamme d'activités est présente dans le Périgord. Des parcs aquatiques aménagés aux étendues d'eau en milieu naturel, des rivières lentes et sinueuses qui se transforment parfois en torrents dans les zones rocheuses, la région saura satisfaire toute la famille. Des balades en canoës ou en gabares, des promenades à dos de cheval ou en calèche, des sentiers balisés pour des randonnées en vélo ou à pieds... Le Périgord vous accueille dans une grande authenticité. Peu de zones y sont industrialisées. Le pays est verdoyant, ensoleillé, diversifié dans ses paysages. 


Les saveurs du terroir

L'oie et le canard, leurs célèbres foies, graisses et confits sont les productions phares du Périgord. Le cèpe aussi, la noix, la fraise, la châtaigne, la vigne...
La culture des produits de la terre et l'élevage gouvernent la gastronomie périgourdine.
La cuisine, la vraie, se transmet de mère en fille, se cuisine en famille : recettes régionales et préparation de la conserve pour passer l'hiver.Une tradition au caractère épicurien, un accueil chaleureux et l'art du "bien vivre" : voilà tout le Périgord.
La noix du Périgord a obtenu la célèbre AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) depuis la récolte 2002. Le cerneau de noix est un produit "anticholestérol". Celui du Périgord, est issu d'une culture "verte" non polluante.
Le foie gras d'oie ou de canard est un produit périgourdin fort. La première (illustration!) d'oie date de plus de 15000 ans. Aujourd'hui, on parle à juste titre de "savoir-faire" dans tout le pays.

La rivière Dordogne, une vallée imposante et riche en loisirs touristiques... 
                                      
La Dordogne (en occitan Dordonha) est un fleuve parfois catalogué comme rivière française du massif Central et du Bassin aquitain.
La vallée de la Dordogne est classée pays d'art et d'histoire.
     
La Dordogne est classiquement considérée dans l'enseignement primaire français comme une rivière affluent de la Garonne. Toutefois elle rejoint directement le domaine maritime via l'estuaire de la Gironde (qu'elle possède en commun avec la Garonne).
La grande majorité des acteurs institutionnels qui travaillent actuellement sur le bassin versant de la Dordogne la considère comme un fleuve.

Les activités touristiques qu'offre la Dordogne pour vos séjours et vacances sont variées : Canoë-kayak, rafting, hydrospeed, pêche sportive ou de détente, baignade,voile, aviron, motonautisme et ski nautique et, typiquement, la navigation fluviale de plaisance avec des Gabares.
Bateau traditionnel de la Dordogne, de la Garonne et de la marine de la Loire, à fond plat et faible tirant d'eau, la gabare servait au transport de marchandises.  Cette embarcation est construite à clins, c'est à dire que les planches qui constituent la coque sont superposées les unes par rapport aux autres et chevillées par des pièces de bois. Le fret se composait de minerais et de produits agricoles divers, mais surtout de bois destiné à la tonnellerie (bois d'Auvergne pour la tonnellerie bordelaise sur la Dordogne à la descente, sel de l'Atlantique, pour le nord Quercy et l'Auvergne à la remontée). De nos jours, quelques gabares ont été reconstituées à des fins touristiques.

La vallée de la Dordogne, dont les paysages sont somptueux, et quelques sites touristiques, ont su garder le passé historique de la vallée.